La synagogue Isaac

ul. Kupa 16 / ul. Jakuba 25

Aujourd'hui:

pas d'information trouvée

La plus imposante des synagogues de Cracovie a été élevée à l’initiative d’Isaac Jakubowicz (Ajzyk Jekeles) à la demande de son épouse Brajndla, en remerciement pour la réussite et le bonheur de sa famille.

La permission de construire obtenue auprès du roi Ladislas IV Vasa fut freinée par le curé de la paroisse de l’église du Corps du Christ. Celui-ci protesta, en disant que les prêtres rendant visite à leurs paroissiens devraient passer avec l’hostie à côté de la synagogue – ce qu’ils voulaient éviter à cause de la rumeur rapportant que les Juifs « voulaient ravir l’hostie ». En bon marchand, Isaaac Jakubowicz rendit plusieurs visites à l’évêque cracovien Jakub Zadzik, réussit à le persuader et termina tranquillement la construction en 1644. On discuta longtemps de la force des arguments du banquier…

Le portail baroque de l’entrée du côté de la rue Isaac est le seul élément de décoration à l’extérieur. On y ajouta au XXe siècle des doubles escaliers avec une galerie en arcade menant à la galerie des femmes – appelée couramment « babiniec ». A l’intérieur, des polychromies composées de textes liturgiques attirent particulièrement l’attention. Les plus anciennes datent de l’époque qui suivit immédiatement l’édification de la synagogue.

Les péripéties liées à la construction eurent une influence sur sa destinée future. Pendant l’invasion suédoise, elle fut pillée et perdit son mobilier, puis elle fut cédée à l’église Sainte-Edwige. Pendant l’occupation allemande, elle fut transformée en atelier de théâtre : le grand peintre et metteur en scène Tadeusz Kantor y travailla comme décorateur. Après la guerre, la synagogue servit pendant un certain temps d’entrepôt, puis d’atelier de sculpture et de conservation de monuments et d’entrepôt des décors du théâtre STU. C’est seulement en 1989 que la Communauté Religieuse Juive recouvra le bâtiment et lui redonna son ancienne splendeur.

En 2007, la communauté loua la synagogue à une communauté hassidique qui la destina au culte.

Une légende est liée à la synagogue : lorsque Isaac Jakubowicz était jeune et pauvre, il eut un rêve, pendant lequel il vit que sous un pont de Prague on avait enfoui un grand trésor. Lorsqu’il arriva sur place, il vit que le pont était entouré par un escadron de soldats et qu’il était impossible de chercher. Isaac raconta son rêve à un des soldats, qui éclata de rire en disant que lui-même avait rêvé qu’un certain Isaac Jakubowicz avait un trésor enfoui sous son poêle. Isaac revint à la maison, démantela le poêle et trouva le trésor qui lui permit de construire la synagogue et l’édification de son propre comptoir commercial.

 

Voir également:

  • La sévère salle rectangulaire avec sa haute voûte en berceau
  • La galerie des femmes, en arcades, appuyée sur des colonnes toscanes
  • Les polychromies du XVIIe siècle
  • Le aron ha-kodesh (petite armoire de l’autel dans laquelle on garde les rouleaux de la Torah) couronné d’un fronton brisé et de tables du Décalogue
ul. Kupa 16 / ul. Jakuba 25
OK We use cookies to facilitate the use of our services. If you do not want cookies to be saved on your hard drive, change the settings of your browser.